METHODES / METHODS > B- DEMARCHES / APPROACHES > Méthodologie d’aide à la décision des actions de maintenance pour les ouvrages d’art d’un système de transport

JOURNAL-NEWS
 
CYCLES ROUTES
CYCLE ROUTES 09-10
CYCLE ROUTES 10-11
CYCLE ROUTES 2010
LE CESROUTE DE 1997 à 2009

METHODES / METHODS
A- ACTUALITES / NEWS
B- DEMARCHES / APPROACHES
C- PROCESSUS / PROCESS
D- REFERENCES
E- Formations en support de ces méthodologies
F- Les logiciels supports de ces méthodologies et processus

CYCLES INTERNATIONAUX / INTERNATIONAL SEMINARS
Česky
Arabia - عربية
Bahasa Malaysia
Balgarski
Deutsch
Eesti
English
Español
Français
Hanyu - 汉语
Italiano
Kokugo - 国語
Latviski
Lietuviskai
Magyar
Nederlands
Polski
Portugues
Româneste
Ruski - по русски
Slovensky

METRATECH
PARTENAIRES-PARTNERS
RESULTATS / RESULTS
TOURISME & VIE SOCIALE / TOURISM & SOCIAL LIFE

PUBLICATIONS
DOSSIERS PEDAGOGIQUES / PEDAGOGICAL FILES
PRESSES DE L’ENPC

SITE
Comment utiliser le site / How to use this site
Comment y participer / How to contribute

Méthodologie d’aide à la décision des actions de maintenance pour les ouvrages d’art d’un système de transport
Lambda Mu11 - 11ème Colloque International de Fiabilité et Maintenabilité - 1998
samedi 26 juin 2004 , Catherine Laval



- une approche originale
- de la maîtrise des risques dans le secteur du BTP.

Une mission ambitieuse : Garantir la pérennité des infrastructures et aménagements de l’ensemble des ouvrages d’art d’un réseau de transport urbain,

dans le cadre de fortes contraintes,
-  un patrimoine ancien à très ancien,
-  un budget raisonné annuellement, et en diminution constante,
-  un service de transport à forts objectifs de sécurité et disponibilité,
-  un contexte d’intervention contraint par des événements extérieurs et
-  des obligations internes (sociales en particulier),

qui nécessite une démarche de maîtrise des risques de plus en plus rigoureuse.

Etablir des choix d’intervention dans cet environnement présente une complexité certaine.

L’impact des dégradations constatées sur la qualité de service et la sécurité est rarement direct, ce qui ne facilite guère l’argumentation des interventions.
A la difficulté d’anticiper les évolutions d’un désordre, s’ajoute celle d’évaluer leurs conséquences à moyen et long terme.
Les non-décisions ou les différés d’intervention sont, le plus souvent, sources de surcoûts très importants ou même de dangers.

La méthodologie présentée a pour ambition de constituer une démarche d’aide à la décision des actions de maintenance des Ouvrages d’Art RATP (tunnels, ponts, bâtiments,...).

télécharger le support de présentation

Le caractère innovant de cette démarche repose sur les différents principes suivants :

1 Aide à la décision et APPROCHE SYSTEME.

Cette démarche situe résolument l’analyse des actions de maintenance dans une approche système et maîtrise des risques, intégrant trois aspects complémentaires :

maîtrise technologique
- en particulier, du processus dynamique d’évolution du désordre,

raisonnement fonctionnel,
- intégrant la relation entre la dégradation de l’ouvrage et le maintien des services rendus par le système de transport, dont la sécurité et la disponibilité,

raisonnement économique
- en terme de risque de différé d’intervention, de synergies d’actions, d’intervention “ juste nécessaire ”, et d’arbitrage maîtrisé.

2 Evaluer toute dégradation en terme d’IMPACT à court, moyen et long termes, SUR LES FONCTIONS DU SYSTEME DE TRANSPORT.

La démarche proposée impose d’établir des liens logiques entre les désordres constatés, et les impacts possibles sur les services à rendre par le système de transport ou son environnement.
Ces liens se font à travers la chaîne :
- désordre —> fonctions de l’ouvrage —> fonctions du système de transport.

L’analyse structurée des causes du désordre et des possibilités d’évolution du désordre à environnement constant ou évolutif fournit un inventaire des risques techniques sur l’ouvrage.

Les impacts correspondants sur les fonctions de l’ouvrage, et leurs conséquences sur les services attendus du système de transport, sont alors établis sur la base d’une analyse fonctionnelle rigoureuse du système et des ouvrages.

L’analyse pas à pas du processus d’évolution du désordre permet ainsi de mettre en évidence l’existence de SEUILS TECHNIQUES liés à des seuils d’impact sur les fonctions de l’ouvrage et du Système (ou son environnement).

3 Evaluer les NIVEAUX D’ACCEPTABILITE DES RISQUES correspondants pour le Système de Transport .

L’analyse des risques repose ici, non pas sur des approches probabilistes qui ont peu de sens dans le BTP (chaque ouvrage étant unique), mais sur des approches d’évaluation.

Elle a pour but de décider de la prise en compte des risques, et s’appuie sur des grilles d’ACCEPTABILITE DES RISQUES, intégrant les notions de :


- nature de risques :

  • risques sécurité Voyageurs, Agents RATP ou Tiers,
  • risques disponibilité (liés à la qualité de service rendu aux voyageurs,
  • et aux conditions de travail des agents d’exploitation ou de maintenance),

- probabilité d’existence de l’effet, s’assimilant à une notion de vraisemblance,


- niveau de gravité, strictement lié à l’impact sur le service à rendre.

Aux seuils techniques précédemment définis, peuvent correspondre alors des SEUILS D’ACCEPTABILITE dont découle la nécessité d’intervention ou de surveillance.

4 Se situer par rapport à l’intervention juste nécessaire

Avant tout arbitrage dans le cadre d’un budget limité, il s’agit de définir la référence d’intervention “ idéale ”, c’est-à-dire celle qui résoudrait le problème au moindre coût pour la RATP, à travers :
-  la maîtrise des risques techniques et fonctionnels,
-  la recherche des opportunités et contraintes de dates d’intervention,
-  l’analyse technico-économique exhaustive des principes d’intervention possibles, évalués en terme d’impact sur les coûts, et éventuellement de gains.

Cette analyse permet alors de mettre en évidence la notion de SEUILS ECONOMIQUES, exprimant le risque économique de différer une intervention.

Dans le cadre d’un budget annuel de maintenance, ne permettant pas la réalisation de toutes les interventions " juste nécessaires " dans l’année considérée, l’arbitrage ne peut relever alors que d’une analyse, et non d’un choix arbitraire.

Cet arbitrage s’appuie sur :
-  l’affichage de critères de priorités entre natures de risques,
-  la recherche d’ajustement soit du budget, soit de l’intervention elle-même par son échelonnement.

L’utilisation d’une telle démarche assure l’objectivité des arguments pour l’ajustement du budget en cours, mais aussi pour une élaboration plus rationnelle des budgets futurs, garantissant l’efficacité de la maintenance.


APTE SYSTEM
2, rue Garreau - 75018 PARIS
Tel : 00 (33) 1 42 51 21 70
Fax : 00 (33) 1 42 51 61 31
Catherine LAVAL

   


Bilan Technique & Scientifique du 14° Congrès de Maîtrise des Risques et de Sûreté de Fonctionnement - Lambda Mu 14
Mise en oeuvre de la méthode de l’arbre des défaillances
Sûreté de Fonctionnement : Pourquoi utiliser des logiciels ?
Historique de la SdF
Définitions & vocabulaire
L’analyse de risque dans les démarches QSE (Qualité, Sécurité, Environnement)
Formation : de l ’AMDEC à la Maîtrise des Risques en conception
1er congrès à thématique cindynique depuis la fusion IMdR / IEC.
Formation : Analyse des risques du process par l’AMDEC
Référentiel outillé de défense en profondeur




Home | Contact | Site | Plan | Admin