METHODES / METHODS > B- DEMARCHES / APPROACHES > Maîtrise des processus

JOURNAL-NEWS
 
CYCLES ROUTES
CYCLE ROUTES 09-10
CYCLE ROUTES 10-11
CYCLE ROUTES 2010
LE CESROUTE DE 1997 à 2009

METHODES / METHODS
A- ACTUALITES / NEWS
B- DEMARCHES / APPROACHES
C- PROCESSUS / PROCESS
D- REFERENCES
E- Formations en support de ces méthodologies
F- Les logiciels supports de ces méthodologies et processus

CYCLES INTERNATIONAUX / INTERNATIONAL SEMINARS
Česky
Arabia - عربية
Bahasa Malaysia
Balgarski
Deutsch
Eesti
English
Español
Français
Hanyu - 汉语
Italiano
Kokugo - 国語
Latviski
Lietuviskai
Magyar
Nederlands
Polski
Portugues
Româneste
Ruski - по русски
Slovensky

METRATECH
PARTENAIRES-PARTNERS
RESULTATS / RESULTS
TOURISME & VIE SOCIALE / TOURISM & SOCIAL LIFE

PUBLICATIONS
DOSSIERS PEDAGOGIQUES / PEDAGOGICAL FILES
PRESSES DE L’ENPC

SITE
Comment utiliser le site / How to use this site
Comment y participer / How to contribute

Maîtrise des processus
dimanche 11 juillet 2004 , Gaston Mougin


MAITRISE DES PROCESSUS
Une approche économique du respect des spécifications
M.  Gaston Mougin - Tendances Qualité - Juin 1999

 

La fonction perte de Taguchi

Dans de nombreux cas l’intervalle de tolérance représente le contact qui permet de déterminer si un produit est conforme ou non.
Toutefois si l’on raisonne en terme de performance ou de coût il est nécessaire de considérer la situation de chaque produit par rapport à l’objectif (l’objectif est considéré ici comme le produit le plus performant au meilleur coût)

Si l’on considère la position des pièces 1, 2 et 3 par rapport aux limites de tolérances (figure 1) la question suivante se pose :

En terme de conformité, quelle est la différence entre la pièce 1 et la pièce 2. ?
Réponse, il n’y en a pas, toutes les deux sont conformes.

Quelle est la différence entre la pièce 2 et 3 ?

Réponse, elle est importante car la pièce 2 est conforme alors que la pièce 3 n’est pas conforme.

Pourtant si l’on considère la différence entre les caractéristiques, il y a plus de différence entre 1 et 2 qu’entre 2 et 3.

De plus la position de la tolérance inférieure pourrait sans risques être déplacée légèrement à gauche ou à droite sans affecter la qualité globale.

Ce qui rendront 2 et 3 tous les deux conformes ou tous les deux non-conformes.

Ces limites, ne paraissent en effet pas très adaptées et Taguchi a proposé la solution suivante :
" tout écart par rapport à l’objectif engendre une perte financière (pour le client ou en interne) égale au carré de l’écart à l’objectif ", ce qui se traduit par le schéma suivant

La détermination économique des tolérances

Exemple  : dans la fabrication d’un escalier en bois une des opérations consiste à maîtriser la largeur de la rainure dans laquelle vient s’encastrer et se coller la marche.

Jeu souhaité : 0,2 mm (objectif)
Jeu trop grand : la colle ne remplit pas son office
Jeu trop petit : la colle est refoulée
L’entreprise a évalué que pour un jeu de 0,45 mm le remplacement est systématique et coûte 400 francs chez le client.

Le coefficient k de la perte de Taguchi vaut alors :

400 frs = k (0.45-0.2)² soit 6400


On peut alors calculer la tolérance économique pour le traitement d’un défectueux estimé à 150 francs en fabrication

150 frs = 6400 (Y-0.2) soit 0.35 mm pour Y.

Le gain financier de l’amélioration de la capabilité

En reprenant notre exemple, la dispersion due à la machine suit la loi normale de 0.1 mm d’écart type. Après une action d’amélioration celui-ci passe à 0.03 et est centré sur l’objectif de 0.2 mm.

Le gain est alors de L = k (
- 2²)
L = 6400 (0.1² - 0.03²) = 58.24 francs par marche d’escalier produite.

Conclusions

Cette approche économique des limites de tolérances et de la dispersion est un changement de culture. En effet, il ne suffit pas que les pièces soient à l’intérieur des limites de tolérances, il faut également une répartition centrée sur l’objectif et une dispersion la plus faible possible.

 

   


Les exigences statistiques du référentiel automobile QS9000
La maîtrise des processus selon la norme ISO 9000:2000
Formation : évaluation de la prévention des risques professionnels
Client Externe, Client Interne, même combat !
Qualité et Formation
Formation : HACCP ( Hazard / Analys / Critical / Control Point )
La stratégie à l’écoute du client
Un peu de méthodologie autour des plans d’expériences utilisés dans les industries pharmaceutique et cosmétique
Le Management par les Processus
Formation : le Poka-Yoke




Home | Contact | Site | Plan | Admin