METHODES / METHODS > Petit-déjeuner IMdR animé par M. Alaa Chateauneuf

JOURNAL-NEWS
 
CYCLES ROUTES
CYCLE ROUTES 09-10
CYCLE ROUTES 10-11
CYCLE ROUTES 2010
LE CESROUTE DE 1997 à 2009

METHODES / METHODS
A- ACTUALITES / NEWS
B- DEMARCHES / APPROACHES
C- PROCESSUS / PROCESS
D- REFERENCES
E- Formations en support de ces méthodologies
F- Les logiciels supports de ces méthodologies et processus

CYCLES INTERNATIONAUX / INTERNATIONAL SEMINARS
Česky
Arabia - عربية
Bahasa Malaysia
Balgarski
Deutsch
Eesti
English
Español
Français
Hanyu - 汉语
Italiano
Kokugo - 国語
Latviski
Lietuviskai
Magyar
Nederlands
Polski
Portugues
Româneste
Ruski - по русски
Slovensky

METRATECH
PARTENAIRES-PARTNERS
RESULTATS / RESULTS
TOURISME & VIE SOCIALE / TOURISM & SOCIAL LIFE

PUBLICATIONS
DOSSIERS PEDAGOGIQUES / PEDAGOGICAL FILES
PRESSES DE L’ENPC

SITE
Comment utiliser le site / How to use this site
Comment y participer / How to contribute

Petit-déjeuner IMdR animé par M. Alaa Chateauneuf
mardi 25 novembre 2008
samedi 14 mars 2009 , Sandrine Beaujon


L’IMdR, vous convie à un petit-déjeuner, le mardi 25 novembre, sur le thème : « Comment spécifier les objectifs cibles en fiabilité ? ». Animée par M. Alaa CHATEAUNEUF, Professeur à l’université Blaise Pascal Polytech’ Clermont-Ferrand, cette manifestation se déroulera dans l’amphithéâtre du Bâtiment « Recherche » de l’ESTP de Cachan (accueil à partir de 9h).

COMMENT SPECIFIER LES OBJECTIFS CIBLES EN FIABILITE ?

La justification de la fiabilité des systèmes industriels nécessite de spécifier des objectifs cibles en fiabilité, soit au niveau de la conception, soit pour la gestion de la durée de vie des systèmes existants. Ces objectifs de fiabilité affectent non seulement la sûreté et la sécurité des installations, mais aussi leur utilité économique et leur impact sociopolitique par rapport à l’acceptabilité du risque. Le choix d’un niveau de fiabilité cible dépend directement des conséquences socioéconomiques de la défaillance (fatalités, pertes économiques directes et indirectes, dommage à l’environnement, etc.), qui sont souvent difficiles à estimer, surtout lorsqu’il s’agit de la gestion de la durée de vie des systèmes en service. Ainsi, l’allocation de la fiabilité reste une tâche importante et délicate puisqu’elle concerne aussi bien l’ingénierie que le monde économique, social et politique, avec des priorités assez différentes. D’une façon générale, trois approches peuvent être envisagées pour la définition des objectifs cibles en fiabilité :
- la méthode implicite par comparaison aux codes et règlements existants ou bien par étude des structures actuelles considérées acceptables. Cette approche espère garantir le même niveau de fiabilité pour les nouvelles installations que pour les systèmes existants. Elle est globalement admise par l’ensemble des acteurs puisqu’elle n’engage pas de risque supplémentaire, mais elle ne permet pas de tenir compte des évolutions socioéconomiques. Cette approche est actuellement utilisée pour la calibration des codes en génie civil et en offshore, sur la base de la standardisation des distributions probabilistes.
- le jugement d’experts relatif à l’acceptabilité du risque. Il s’agit d’exploiter l’expérience acquise sur les niveaux de risques acceptables (taux de mortalité, dommages à l’environnement, pertes économiques, etc.) pour définir la fiabilité cible en fonction des conséquences socio-économiques de la défaillance. Cette approche permet l’allocation de la fiabilité pour les systèmes innovants, mais elle conduit à des objectifs de fiabilité qui restent sensibles à l’évolution de la société et aux facteurs politiques.
- l’optimisation du bilan coût - bénéfice en maximisant la fonction d’utilité du système. La balance entre les bénéfices escomptés et les pertes potentielles dues à la défaillance, permet de définir un objectif optimal de fiabilité pour les systèmes anciens et nouveaux. Cette approche, plus rationnelle, reste très sensible à l’estimation des coûts de défaillance, surtout lorsque les vies humaines et les coûts indirects (impact médiatique, image de la société, confiance du public,…etc.) sont impliqués. Ces trois approches sont complémentaires dans la mesure où les niveaux de fiabilité cibles reflètent une certaine mesure de la confiance accordée à telle ou telle règle. Le challenge est particulièrement important lorsqu’il s’agit d’un nouveau concept ou d’une nouvelle disposition du système, puisqu’il n’y pas de référence pour la calibration. Cette conférence s’adresse à tous les acteurs dans le domaine de la fiabilité des systèmes industriels et de la sûreté de fonctionnement, ainsi qu’aux décideurs et aux spécificateurs des aspects fiabilistes et normatifs.

   


Invitations à Soutenances Publiques en décembre 2010
Réunion de lancement du projet "Boost-France"
ICSSEA 2012 : Call for Papers : Software and Systems Engineering and their Applications - Paris, October 23-25, 2012‏
[primeca] conférences INTERCUT + MUGV
Manifestations IMdR du 24 mai
[primeca] IESM 2011 : Special Session on Extended Product Lifecycle Management
[primeca] TR : [Cfm2011] Actes du CFM 2011 disponibles en ligne‏
Les enjeux socio-économiques et le dialogue social en période de crise
Programme des Assisses Européennes du Prototypage rapide
CoDeKF’09 - Workshop National




Home | Contact | Site | Plan | Admin