METHODES / METHODS > B- DEMARCHES / APPROACHES > Bilan Technique & Scientifique du 14° Congrès de Maîtrise des Risques et de Sûreté de Fonctionnement - Lambda Mu 14

JOURNAL-NEWS
 
CYCLES ROUTES
CYCLE ROUTES 09-10
CYCLE ROUTES 10-11
CYCLE ROUTES 2010
LE CESROUTE DE 1997 à 2009

METHODES / METHODS
A- ACTUALITES / NEWS
B- DEMARCHES / APPROACHES
C- PROCESSUS / PROCESS
D- REFERENCES
E- Formations en support de ces méthodologies
F- Les logiciels supports de ces méthodologies et processus

CYCLES INTERNATIONAUX / INTERNATIONAL SEMINARS
Česky
Arabia - عربية
Bahasa Malaysia
Balgarski
Deutsch
Eesti
English
Español
Français
Hanyu - 汉语
Italiano
Kokugo - 国語
Latviski
Lietuviskai
Magyar
Nederlands
Polski
Portugues
Româneste
Ruski - по русски
Slovensky

METRATECH
PARTENAIRES-PARTNERS
RESULTATS / RESULTS
TOURISME & VIE SOCIALE / TOURISM & SOCIAL LIFE

PUBLICATIONS
DOSSIERS PEDAGOGIQUES / PEDAGOGICAL FILES
PRESSES DE L’ENPC

SITE
Comment utiliser le site / How to use this site
Comment y participer / How to contribute

Bilan Technique & Scientifique du 14° Congrès de Maîtrise des Risques et de Sûreté de Fonctionnement - Lambda Mu 14
jeudi 20 janvier 2005

Le bilan Technique & Scientifique complet du 14° Congrès de Maîtrise des Risques et de Sûreté de Fonctionnement - Lambda Mu 14 a été établi par le Comité de Programme et peut être téléchargé ( consulter le bilan complet ) sur le site de l’Institut pour la Maîtrise Des Risques et la Sûreté De Fonctionnement : www.imdr-sdf.asso.fr

Nous en reprenons des extraits ci-dessous

... les sujets jugés innovants ...

- L’utilisation de la logique floue dans l’évaluation du taux de défaillances de causes communes
- Les statistiques avancées
- L’utilisation de méthodes non usuelles en sûreté de fonctionnement issues des mondes de l’informatique et des finances
- La conception d’une méthode d’analyse des risques basée sur la théorie des organisations
- La recherche d’un concept unique englobant les composantes de la Sûreté de Fonctionnement
- L’utilisation des méthodes d’actuariat dans l’estimation du coût d’exploitation
- Méthodes d’anticipation des défaillances dues au vieillissement
- L’intégration de plusieurs bases de données de fiabilité en utilisant l’information de Fisher
- La défense en profondeur face aux comportements à risques des opérateurs
- La mise en place d’une culture de la gestion des risques et des opportunités
- L’utilisation de réseaux bayésiens en tant que modèle d’aide à la classification
- La prévision de rupture de rail par fouille de données
- Les fonctions logistiques et techniques dans la maîtrise des risques hospitaliers
- Les travaux de méthodologie d’analyse de la vulnérabilité du territoire péri industriel
- L’approximation exponentielle de la fiabilité des systèmes à réparation différée

Le bilan scientifique et technique

Le congrès _µ14 a dignement succédé aux _µ précédents :

- en terme quantitatif, 105 communications orales, 48 communications affichées, 11 ateliers et 9 tutoriels ont été organisés, à comparer au _µ13 de niveau européen (105 communications orales, 27 affichées, 10 ateliers et 6 tutoriels)

- en terme qualitatif, l’originalité de nombreux exposés a démontré la vitalité de l’activité de la sûreté de fonctionnement dans les entreprises, pour la recherche et dans les universités. Le jury des _µ d’or n’a eu que l’embarras du choix parmi toutes les présentations innovantes et de qualité qui lui ont été proposées.

Si l’on note une grande continuité dans les thèmes traités au cours des congrès, le 14ème n’a pas failli.
Ainsi relève-t-on :
- les bases mathématiques, les méthodes, techniques et outils font toujours preuve d’une activité soutenue
- les outils annoncés pour la disponibilité de production sont maintenant arrivés
- Les communications concernant la maîtrise des risques mettent en évidence l’importance de leur prise en compte dès la conception
- Les études liées à la fiabilité des structures et à la durée de vie ont fait l’objet de nombreuses communications dont la qualité met en évidence leur vitalité. Une session complète leur était consacrée et un atelier a permis d’élaborer une proposition de thèmes fondateurs pour un nouveau groupe de travail
- Les facteurs humains ont attiré une nombreuse participation témoignant du caractère crucial du sujet qui nécessite la collaboration de nombreux spécialistes : ingénieurs, ergonomes, psychologues et sociologues
- Des travaux originaux publiés lors de congrès _µ précédents ont été prolongés comme, par exemple, l’étude de l’entropie des systèmes par analogie avec les lois de la thermodynamique.

De nombreux exposés ont apporté des nouveautés, soit dans les concepts, soit dans la manière d’aborder le thème de leur étude ; d’autres ont fait état du retour d’expérience de méthodes et, ensemble, ils ont couvert la plupart des domaines de la maîtrise des risques. Nous ne pouvons pas être exhaustifs dans la liste des innovations, mais, au-delà des sujets identifiés par les présidents de session, citons aussi :

- L’analyse des risques d’accident pour les sites " Seveso "
- Les modèles et concepts pour s’assurer de ne pas dégrader la sécurité lors des changements organisationnels
- La prise en compte des risques facteurs humains pour la sécurité, la disponibilité et la productivité dans les choix de conception des systèmes
- Les méthodes d’évaluation de la fiabilité des systèmes passifs de sécurité et l’intégration dans les études probabiliste de sûreté
- Les analyses de rentabilité des organisations de maintenance à plusieurs niveaux de réparation
- L’analyse des modèles d’estimation des coûts de maintenance
- L’intégration de la stratégie et la politique de maintenance d’un nouveau site industriel dans une approche globale dès la phase projet
- L’approche probabiliste de la fiabilité des ouvrages d’art pour guider les priorités des actions de maintenance
- Les travaux sur les modèles physiques de dégradation et leur réactualisation par analyse bayesienne
- Le processus d’élicitation d’expert en vue d’anticiper les défaillances dues au vieillissement
- Les méthodes pour choisir un modèle mathématique décrivant la cinétique d’une dégradation
- Une méthode de construction de plans d’expériences D-optimaux pour des modèles non linéaires
- L’apport des arbres de défaillances et méthodes probabilistes dans l’analyse de systèmes mécaniques
- un nouvel algorithme pour résoudre des problèmes de fiabilité dynamique
- la démonstration du caractère opérationnel du nouveau formalisme BDMP (Boolean logic Driven Markov Processes) pour l’étude de systèmes dynamiques complexes tels qu’un poste électrique de distribution
- L’utilisation des techniques formelles pour décrire un système avion et ses exigences qualitatives et temporelles et les outils de vérification de modèle (model-checking)
- L’utilisation d’outils issus du monde de la finance (comme la perte maximale à 95% de chances) pour optimiser les moyens de production
- Les travaux sur les transports ferroviaires ont suscité un grand intérêt, citons en particulier les apports des démarches sécuritaires liées aux normes sur les instruments de sécurité (CEI 61511), l’élaboration d’outil d’analyse de risque de rupture de rail, l’introduction du concept de défense en profondeur, la protection des TGV contre les vents traversiers, l’analyse de l’impact de l’évolution de la réglementation européenne sur les obligations des acteurs impliqués dans la sécurité des transports ferroviaires, et enfin l’atelier qui était consacré à l’influence de la nouvelle législation des transports guidés..

- Les autres systèmes de transport n’ont pas eu autant de communications, citons toutefois l’analyse des risques liés aux interventions du personnel autoroutier
- L’application des méthodes fiabilistes utilisées en mécanique à un problème de compatibilité électromagnétique

Les communications sur le retour d’expérience faisaient état aussi bien des succès que des réelles difficultés rencontrées. Notons en particulier :
- Les difficultés de mise en œuvre d’une démarche de sûreté de fonctionnement pour un système numérique due à la complexité et à la spécificité des systèmes numériques embarquant du logiciel.

De nouveaux champs de la sûreté de fonctionnement ont été abordés :
- Le principe de précaution et son impact sur la conception et l’ingénierie des exigences : Les impacts juridiques du principe de précaution amène à repenser la gestion des contrats, la référence aux normes, et la responsabilité entre donneur d’ordre et concepteur
- L’analyse de l’insuffisance de maîtrise des risques financiers dans certaines affaires récentes montre que les démarches dans ce domaine pourraient s’inspirer de celles de la maîtrise des risques technologiques (quantification des risques, système de défense en profondeur,..)
- Les risques liés à l’image, la réputation d’une société peuvent conduire, mal maîtrisés, à une catastrophe économique pour la société. La préparation du recouvrement en cas de défaillance ne consiste pas tant à prévoir des plans de secours que des plans de redéploiement stratégique au niveau de la société. Les risques liés à la qualité perçue par les clients nécessitent la mise sous contrôle permanent des risques liés à l’entreprise elle-même, mais également aux évolutions de leur perception avec les modifications de l’environnement réglementaire, naturel, social, politique et économique
- Les concepts actuariels élémentaires (l’exposition moyenne et l’exposition au centile _) ont été utilisés avec succès dans la prévision des coûts d’exploitation de flotte aéronautique.

Enfin on notera que les secteurs d’application de la sûreté de fonctionnement s’élargissent. On a ainsi vu plusieurs communications sur le génie civil, à côté de l’aérospatiale, l’automobile, les constructeurs et équipementiers, l’énergie production et distribution, le nucléaire, les transports, les communications, la chimie, ...

   


L’analyse de risque dans les démarches QSE (Qualité, Sécurité, Environnement)
Référentiel outillé de défense en profondeur
Méthodologie d’aide à la décision des actions de maintenance pour les ouvrages d’art d’un système de transport
Historique de la SdF
Mise en oeuvre de la méthode de l’arbre des défaillances
Méthodologie d’identification des éléments de défense des systèmes de transport
1er congrès à thématique cindynique depuis la fusion IMdR / IEC.
Définitions & vocabulaire
Formation : Analyse des risques du process par l’AMDEC
Formation : Design et Process FMEA (D & P-FMEA)




Home | Contact | Site | Plan | Admin